Envoyez vos meilleurs souvenirs avec IBM France (témoignages écrits, photos, vidéos) en nous écrivant à l'adresse ibmcentenaire@gmail.com. Après modération, vos articles seront affichés sur ce blog.

vendredi 30 mai 2014

Episode 3 de la vidéo du centenaire : IBM c'est quoi ?



2014 : 100 d'IBM en France. 
Diverses personnalités souhaitent un joyeux anniversaire.

Roland-Garros 2014 : un partenariat né en 1985


A Roland-Garros, les données changent la donne 

Grâce à une infrastructure intelligente et à un contenu pertinent, les frappes des joueurs à Paris retentissent à travers les ondes, rebondissent sur la Toile et deviennent des événements de portée mondiale, partagés par des millions de passionnés à travers le monde.


Depuis 1985, la Fédération Française de Tennis et IBM collaborent pour faire de Roland-Garros l'un des évènements sportifs les plus suivis sur la scène mondiale. Partenaire Officiel des technologies de l'information et Internet du tournoi, comme de ceux du Grand Chelem, IBM s'engage à collecter, à traiter et à diffuser de façon efficace et innovante toute l'information : statistiques, scores, vitesse des balles et production graphique pour les télévisions.

Le site internet officiel www.rolandgarros.com, disponible en français, en anglais et en chinois, est témoin du succès grandissant de ce partenariat. Rendre le tournoi accessible au plus grand nombre et immerger les internautes dans l'action constituent des objectifs prioritaires pour IBM et la FFT.

En savoir plus...

mercredi 28 mai 2014

Linux : l’ère de l’innovation « libre »


À la fin des années quatre-vingt-dix, l’équipe d’IBM Software a commencé à s’intéresser au système d’exploitation Linux en raison de sa capacité potentielle d’offrir une approche inédite pour le développement de logiciels d’entreprise stratégiques. Linux est un système d’exploitation « libre » (Open Source), développé non pas par une entreprise mais par des milliers de programmeurs qui collaborent à l’échelle internationale en investissant gratuitement leur temps et leurs efforts. Linux est mis gracieusement à la disposition de millions de personnes qui l’utilisent dans des milliards d’appareils et de systèmes. Il a démontré que les logiciels Open Source pouvaient être aussi robustes que les logiciels développés selon les méthodes classiques.

Linux a reçu une puissante impulsion en 2000, quand IBM a annoncé sa décision d’inclure ce système d’exploitation dans sa stratégie de systèmes. Un an plus tard, IBM a investi 1 milliard de dollars pour soutenir le mouvement Linux, incluant Linux dans les plates-formes d’exploitation de ses serveurs et de ses logiciels. L’initiative d’IBM a retenu l’attention des chefs d’entreprise et des responsables informatiques du monde entier et contribué à la diffusion de Linux dans le monde professionnel.

En 1991, Linus Torvalds, diplômé de l’université d’Helsinki, a publié sur Internet un projet qu’il menait pour le plaisir : un système d’exploitation en phase précoce baptisé « Linux » doté d’un noyau stable et opérationnel. Linus Torvalds a publié le code source de Linux pour que d’autres programmeurs puissent examiner le fonctionnement interne du noyau et donner leur avis. Il pensait qu’une dizaine de personnes pourraient être intéressées. Deux ans plus tard, en 1993, des centaines de programmeurs (dont un bon nombre d’IBMers) travaillaient au développement de Linux durant leur temps libre, et des entreprises telles que SuSE et Red Hat assuraient la commercialisation et le support des logiciels Linux.

En savoir plus...

2010 : record masculin de vitesse de service à Roland-Garros


En  2010, l'américain Taylor Dent a établi le nouveau record de vitesse de service à Roland-Garros :
240 km/h dépassant ainsi celui détenu par Andy Roddick depuis 2006, et égalisé par l’espagnol Fernando Verdasco en 2009 de
232 km/h.

En savoir plus...

mardi 27 mai 2014

La Ville de Toulouse analyse son empreinte sociale


Pour une ville, telle que celle de Toulouse, à l’écoute de ses administrés, il est important d’intégrer dans sa stratégie de communication des capacités d’écoute sociale et d’analyse en phase avec ces nouveaux canaux de communication. En effet, les villes font aujourd'hui face à de nombreux défis. Et lorsque les élus locaux ont la capacité de mesurer les opinions et d'analyser le ressenti des citoyens sur des sujets relatifs à leur ville, ils peuvent déterminer et donner priorité plus rapidement aux sujets sur lesquels il faut agir pour répondre aux attentes des habitants. Face à ces défis, la ville de Toulouse a décidé d'analyser son empreinte sur les réseaux sociaux. Cela peut se traduire par la suite par des investissements ciblés, l'amélioration d'un service particulier de la ville ou tout simplement ouvrir la discussion en temps réel sur des préoccupations. C'est tout l'enjeu du projet lancé par la ville de Toulouse.

Le défi : Ecouter une grande variété de sources publiques, stocker et structurer un large volume d’informations échangées et l’analyser pour mieux comprendre les sentiments exprimés par les habitants de la communauté urbaine de Toulouse... telle la stratégie mise en œuvre par la ville de Toulouse pour apporter des services toujours meilleurs à ses administrés et renforcer la communication avec ceux-ci. 

La solution : Big Data à l'échelle d'une ville : Toulouse innove et mise sur IBM Social Media Analytics et sur l'expertise d'Apicube pour mieux comprendre les besoins de ses administrés exprimés sur les blogs et les réseaux sociaux.

En savoir plus...

Témoignage d'IBMer : Fred Arroyo


J'ai passé 33 ans dans cette superbe compagnie et j'ai 3 tranches de souvenirs qui resteront d'excellents souvenirs ....
Tout d'abord, ma période M.B.(O.P. pour les forts en thème)....ce fut une période extraordinaire d'autant plus que grâce à cette division j'ai pu rentrer dans cette grande compagnie avec pour tout diplôme un BAC pied-noir !!!!!!

 Tout au long de mes Années au M.B, animé par Michel Aguerreberry, véritable chef de bande, j'ai rencontré des gens formidables qui sont devenus des amis pour beaucoup d'entre eux (j'ai, à ce jour 127 destinataires).
Golden Circle à Hong Kong - 1975
Cette division était une véritable famille et  ses commerciaux étaient pour beaucoup de joyeux lurons qui aimaient faire la fête tout en étant de remarquables commerciaux , conscients qu'ils représentaient une grande compagnie mondiale auprès de leurs clients... Ils étaient aidés par des administratifs motivés, par un service après vente toujours impeccable et par des éducatrices aussi jolies qu’efficaces.

En second lieu, et dés 1982, après la vente du M.B, j'ai eu la chance d’être transféré à la D.O.où j'ai eu l'occasion de travailler avec des managers compétents et clairvoyants puisqu'ils m'ont confié des tâches pour lesquelles j'étais peu formé et chaque fois, j'ai réussi à ne pas les décevoir... L'anecdote que je pourrais citer consistait à présenter mensuellement les résultats des services du District, dirigé par Jacques Hérold à Guy Chaine, en présence de tout le Staff/D.O... et une fois, comme je couvrais quelques agences parisiennes + Nancy, Rouen, Lyon et Strasbourg, je présentais un chart sur les résultats de football du week-end précédent avec ces 4 villes qui étaient également en 1° Division et je faisais des commentaires qui prêtaient à confusion entre les résultats sportifs et ceux du Service Bureau....Je crois que Guy Chaine a du me croire fou pendant 5'.


Enfin ,dans le domaine sportif, nous avions réussi à monter une équipe de Volley-Ball corporative avec 3 internationaux : Cotsaftis, Caballero et ma pomme ainsi que d'excellents joueurs nationaux qui sont devenus mes amis de toujours : Jacques Blondet, Alain Leheutre, Stanislas Jonville, Jean Michel Houry, Christian Burlaut...

 
Nous avons été 5 fois Champions de France, et grâce à IBM, nous avons pu voyager en province dans des conditions que beaucoup de sociétés nous enviaient.

Je suis ravi de voir que Mr Bénichou nous démontre un enthousiasme toujours présents
lorsqu'on le rencontre au "Jockey Club" !

mercredi 21 mai 2014

2007: record féminin de vitesse de service à Roland-Garros


Depuis 1993, date de la mise en place des radars destinés à mesurer la vitesse de la balle de service, IBM France a pu capturer d’innombrables services, issus des plus grands joueurs de tennis du monde. 

Mais le record de vitesse de service dans la catégorie femmes à Roland-Garros est détenu par Venus Williams (USA) en 2007. Il a atteint les 206 km/h !

Proginov renforce les moyens pour maintenir le niveau de service de ses environnements hébergés


Proginov est pionnier et l’un des principaux fournisseurs de progiciels de gestion intégrée (ERP) en mode SaaS (Software-as-a-Service) auprès des PME-PMI en France. Proginov est également fournisseur de services d’hébergement auprès de clients particulièrement exigeants en matière de disponibilité de leurs applications. Ce double savoir-faire permet à l’entreprise d’être l’interlocuteur unique de solutions informatiques complètes.

A l’heure où de plus en plus d’entreprises font le choix du mode SaaS, la croissance de Proginov ne cesse de s’étoffer. C’est pour anticiper cette perspective de croissance et maintenir des niveaux de service élevés que l’entreprise se devait d’étendre son infrastructure d’hébergement. « Avec plus de 600 environnements clients à gérer, la disponibilité est primordiale. Nous exécutons par exemple des systèmes transactionnels pour la grande distribution, dont nous nous devons d’assurer la parfaite fiabilité, comme des applications d’encaissement, par exemple, » explique Philippe Plantive, Directeur Général de Proginov.

Le choix gagnant


L’objectif de Proginov était de s’équiper de nouveaux serveurs qui s’adaptent aux contraintes physiques et thermiques de ses centres informatiques, s’intègrent rapidement et facilement à l’infrastructure existante et offrent une longévité en termes de support fournisseur.


« Nous avons toujours été extrêmement satisfaits d’IBM BladeCenter, et pour nous la nouvelle gamme IBM Flex System s’inscrivait comme le prolongement naturel de cette approche, » précise Philippe Plantive. « Le concept d’un système intégré, comprenant serveurs, stockage, réseaux et logiciels de gestion, nous a vraiment séduits. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons privilégié Flex System par rapport à une offre concurrente. »


En savoir plus... 

lundi 19 mai 2014

Témoignage d'IBMer : Bernard de Luze


Je suis entré  le 1er Août 1959 à Paris comme élève Ingénieur Commercial.
A l'époque, l'embauche était précédée de 5 interviews de 5 minutes avec 5 Directeurs de la Place Vendôme. Les cours de formation ne commençant qu'en Septembre, on m'a envoyé chez un client Agent de Change, dans l'atelier mécanographique, battre des paquets de cartes perforées, les trier, les interclasser, les imprimer. Très sympa !!!!

Formation jusqu'à la fin décembre, puis affecté à l'Agence de Bordeaux, patrie de ma famille. J'y ai passé l'année à essayer de faire une partie du quota personnel du Directeur, Monsieur Gouliaud. Très bonne ambiance, nous étions une quinzaine au total, dont 4 Ingénieurs Commerciaux. J’y ai passé l'année 1960.

J'ai alors été affecté à la nouvelle Agence de Limoges début 1961. J'ai habité l’Hôtel Central 3 mois avant d’être envoyé à Bourges où j'ai loué un petit appartement sans téléphone, rue Moyenne, à 80 m. de la Poste, et 150m. de la Cathédrale. J'avais un territoire à gérer et à prospecter que j'avais appelé « Le croissant infertile » et qui couvrait la Creuse, le Cher, l'Indre et la Vienne. J'ai prospecté Guéret, où l'on déjeunait pour 6 francs.
Au Blanc, commune de l'Indre, j'avais comme client Les Entrepôts de l'Armée de l'Air. Le centre mécanographique était dirigé par un Adjudant-Chef qui m'a montré des archives très précieuses: une étude commerciale signée par Jacques Maisonrouge, Ingénieur Commercial, avec une tenue de stock organisée autour de la formule: ancien stock plus entrées moins sorties égal nouveau stock.
J'ai fait mon Quota!!!Je me suis marié le 4 Janvier 1962, installé toujours à Bourges avec ma femme. Je l'ai abandonné pour ma première Convention, cette année-là à Vienne en Autriche. N'ayant pas réussi à signer la Banque Hervet, gros compte Bull, j'ai quand même été affecté à Paris le 1er Janvier 1963 au Bureau de Marengo, LE Bureau des Banques et Assurances, où je suis resté 3 ans. FANTASTIQUE!!!!.

1er Janvier 1966, fin de ma carrière d'Ingénieur Commercial, je suis nommé Directeur de l'Agence de Montpellier. Pourquoi??? Parce que je parle l'anglais et que plusieurs fois par an débarquent de New-York quelques Américains qui viennent visiter l'Usine de Montpellier. Traditionnellement, quand on visite l'Usine on doit visiter l'Agence.

A l'Usine, les Directeurs parlent l'anglais, à l'Agence, personne !
Donc il fallait un Directeur parlant la langue. J'y suis resté 5 ans, très rare chez IBM, une période merveilleuse, des amis proches que nous conservons soigneusement. Nous avons eu des jumelles le 31 Juillet… et le 1er Octobre, j'étais nommé Directeur Général d'IBM Turquie ! Plus loin, toujours au bord de la Méditerranée.

En Septembre, Ségolène et moi allons à Istanbul louer un appartement pour nous sept, nous avons 5 enfants, et tout début Octobre, il reste 5 valises, le Baptême des jumelles à Paris un samedi et pendant la réception le téléphone sonne. Le Directeur du Personnel d'IBM Turquie me dit de venir seul le lendemain : il y a le Choléra à Istanbul et déjà 20 morts...!

Je suis donc parti seul, revenu 15 jours plus tard, reparti avec ma smala et installé au Hilton à attendre mon déménagement presque un mois ! Entre temps une dévaluation de 66%. Tous nos contrats de location étaient payables à 80% en dollars, le reste en livres turques. J’ai demandé un financier américain à la Worldtrade pour rebâtir un Plan financier drastique: on a fermé le bureau d'Izmir, d'Adana, rapatrié le personnel de 4 bases militaires américaines, bref, l'horreur ! L'hypothèse était que nous allions perdre un gros tiers de nos clients: miracle, nous n'en n'avons pas perdu un seul !
Mon prédécesseur était un américain bizarre, détesté au point que les syndicats avaient menacé de grève générale. Pour tout arranger, j'ai convoqué un Quick Off Meeting des 220 employés turcs au Hilton le 4 Janvier et après 2 courtes introductions en turc et en anglais par mes collaborateurs, je me suis levé et j'ai parlé 4 minutes en turc. Les 3 plus anciens du premier rang pleuraient: je n'ai pas eu une difficulté sociale pendant mes 3 années. Jacques Maisonrouge et sa femme sont venus rentrant de Persépolis où ils avaient été invités au couronnement du Shah. Kap Cassani est venu m'inspecter, beaucoup d'autres aussi, Istanbul avait bonne réputation.

 1974: nous voici de retour en France, à Paris. Un an assistant de Jacques Lemonnier, puis Directeur d'une Agence Administration, quand arrive une convocation urgente de Jacques Maisonrouge au Retiro en Décembre 1976. Il était Administrateur d'une filiale française d'une Compagnie  américaine S.R.A. Science Research Associate, maison d'édition scolaire pour l'apprentissage de la lecture appartenant à IBM.

Il fallait un nouveau Directeur Général, l'actuel venait d'être remercié. « Allez à Chicago voir le Président d'SRA, Dick Giesen et téléphonez-moi de là-bas si vous faites affaire ».
J'y suis resté 5 ans jusqu'à l'avoir vendue à un concurrent entre les deux tours de l'élection de François Mitterrand en 1981. Me voici de  retour à IBM France ! Je me suis occupé des relations avec les SSCII, j'avais un Département d'IC ayant tous 20 ans de carrière.....

Pas très longtemps, car IBM Europe m'a alors proposé un poste très intéressant : prendre la Présidence d'IBM Zaire et d'IBM Nigéria. J'allais donc tous les mois ou presque passer une semaine et plus à Lagos et une fois par trimestre 10 jours à Kinshasa. 

Au bout de 3 ans , je suis revenu à IBM France passer mes 3 dernières années. Jusqu'en Septembre 1989, j'ai fait de la motivation en organisant pour le corps commercial et technico-commercial des concours et des voyages autour du monde. 

Comme il y avait beaucoup de personnel féminin gagnant, IBM et les voyagistes voulaient une note féminine dans ces voyages. Donc ma femme, experte depuis 3 années de Bazar d'Istanbul, m'accompagnait dans les voyages de reconnaissance. Nous avons ainsi fait des voyages fabuleux au Rajasthan, à Bali, en Indonésie, au Népal, pour sélectionner les meilleures boutiques de bijoux, de tissus, de colifichets de toutes sortes au meilleur prix, bien sur ! Bouquet final : un extraordinaire voyage  d'étude de 50 Ingénieurs  Commerciaux et du Directeur Général Claude Andreuzza au Japon pendant 12 jours avec en point d'orgue un vrai tremblement de terre pendant Le Grand Dîner officiel de clôture ,120 personnes,  à Tokyo. Retour par 2 jours de Hong-Kong pour se refaire une garde-robe.

En Septembre 1989, profitant d'un très avantageux plan de séparation d'IBM France, 30 ans après quasi jour pour jour, j'ai quitté la Compagnie. Dix jours plus tard je rencontre un ami voisin d'immeuble et  qui plus est IBMer d'IBM Europe, chez le boulanger à 8 heures du matin. Je lui dis que j'ai quitté IBM huit jours plus tôt, il me répond que je dois venir le voir le jour même à son bureau : un ancien VP. d'IBM Europe, devenu chasseur de têtes à New-York cherchait un Directeur pour une Start Up canadienne dans la transmission de données par radio, appelée MDI. Un mois plus tard, j'arrivais prendre mon poste chez MOTOROLA, entre temps, la Compagnie canadienne avait été racheté par Motorola. J'y suis resté cinq ans pour apprendre que la radio n'était pas une science exacte.

In  fine, j'ai eu une carrière très intéressante et variée entre IBM France et IBM World Trade au milieu d'amis très sympathiques. Que de bons souvenirs !

mercredi 14 mai 2014

Témoignage d'IBMer : Henry Doucet

Informatique et crampons

Entré à la Compagnie en mai 1967, j’ai rejoint en janvier 1968 l’Agence Commerciale Paris Administrations et son département EDF/GDF.

Jeune ITC, j’arrivais dans une équipe nouvelle, mixte EDF/IBM, constituée pour inventer un autre moyen de gérer les abonnés du gaz, de l’électricité et leurs contrats.
Remplacer les nombreuses liasses de papier par un écran, des bases de données, et un traitement en « temps réel » des demandes : la TéléGestion des Abonnés. Toutes choses encore inexistantes, jamais encore vues en Europe …..

Avec la mise en place de ce projet commun est aussi apparu aux managers des deux entreprises l’intérêt pour leurs ingénieurs de s’apprécier autrement que dans la relation professionnelle quotidienne. Cette idée se cristallisa bientôt autour d’une rencontre de football, plusieurs de nos interlocuteurs EDF pratiquant alors cette discipline.

C’est ainsi que ce 20 avril 1968, nous nous sommes retrouvés nombreux sur le site de Corbeil- Essonne, supportés par nos hiérarchies respectives, avec pour IBM, la présence de notre président Jacques Lemonnier.

Cette photo reste un témoignage de ce jour, c’est elle qui m’en a soufflé la date précise.
Je me souviens, il faisait beau et chaud. Le club sportif du CE nous avait prêté les équipements nécessaires (maillots foncés pour IBM, maillots rayés pour EDF).
Je n’ai pas joué tout le match, nous étions suffisamment nombreux pour nous relayer à la défense des couleurs IBM. Malgré cela, équipe moins rodée, nous nous sommes inclinés face à des pratiquants plus entrainés.

Logique, donc pas de regrets, et puis … n’était-il pas commercialement correct de laisser gagner ses invités ?

C’est ensuite au restaurant de l’Usine que nous avons tous ensemble déjeuné et prolongé cette matinée sportive.
D’autres évènements semblables suivirent et nos relations de travail n’en furent que plus harmonieuses.

Maîtriser la circulation


La ville de Stockholm avait des problèmes d’embouteillage.
Pour réduire la circulation, IBM a développé un système de péage taxant directement les automobilistes qui empruntent les voies du centre-ville aux heures de pointe. Lancé en 2007, ce système couvrait une zone de 24 km² dans le centre avec 18 portiques d’accès sans barrière équipés d’appareils photo et de différents systèmes de paiement.
Résultats : la circulation a diminué, l’utilisation des véhicules écologiques et des transports en commun a augmenté, et les citadins ont bénéficié d’une amélioration globale de la qualité de vie.

S’appuyant sur cette expérience, IBM propose aujourd’hui son approche « plus intelligente » pour aider des villes comme Brisbane, Singapour et Londres à résoudre leurs problèmes urbains.

En savoir plus...

mardi 13 mai 2014

Témoignage d'IBMer : Georges Tallet

Voici une plaquette annonçant la sortie de la 4.000.000ième puce 16 meg
en fin 1994 sur la ligne ACL à l'usine IBM de Corbeil-Essonnes ! 

En 2010, Nicolas Feuillatte choisit IBM France pour piloter sa performance au quotidien

Première union de producteurs
de champagne, le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte (CV-CNF) regroupe
82 coopératives adhérentes, soit environ 5 000 viticulteurs, et emploie 230 salariés. Avec 9,6 millions de bouteilles vendues en 2011 dont 55% en France et 45% à l’export, Nicolas Feuillatte se positionne parmi les cinq leaders mondiaux du champagne.

 Le statut coopératif du CV-CNF se distingue des grands groupes privés producteurs de champagne, dans le sens où son activité a pour vocation de redistribuer aux adhérents les richesses produites et de leur apporter des services de qualité au meilleur coût. Son modèle économique s’inscrit dans une démarche globale de développement durable qui associe la performance et la volonté de pérenniser le tissu économique local.

Accélérer le processus de décision

Face à un marché très concurrentiel, le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte devait se doter des moyens nécessaires pour piloter plus efficacement l’activité en collant à la réalité quotidienne et en renforçant sa capacité d’anticipation. « Après avoir mis en place en 2008 l’ERP JD Edwards, il fallait achever la refonte du système d’information avec un outil d’analyse performant, explique Jean-Marc Derrien, Adjoint au directeur Administratif et Financier du CV-CNF. Notre objectif était d’accélérer le processus de décision pour dynamiser les ventes et mieux contrôler les coûts. Or, nos méthodes de travail, essentiellement fondées sur une multiplicité de tableurs Excel, ne le permettaient pas », souligne Jean-Marc Derrien. Au moment où l’information arrivait sur les bureaux, à un rythme mensuel, trimestriel ou annuel, elle était souvent obsolète.


La solution : la mise en oeuvre du logiciel IBM Cognos Business Intelligence couplé avec l’ERP JD Edwards Enterprise One déjà en place.
La mise en oeuvre du logiciel Cognos Business Intelligence d’IBM a totalement modifié la donne. La bonne information est disponible au bon moment et au bon format comme le remarque M. Derrien. Notre choix s’est porté sur Cognos Business Intelligence d’IBM, un logiciel très complet, exploitable aussi bien par des contrôleurs de gestion que par des commerciaux, que nous mettons en œuvre progressivement depuis 2010. »

« Aujourd’hui, les personnes autorisées ont accès à une base de données décisionnelle unique consultable à tout moment et de n’importe où. Avec Cognos BI, 100 % des informations commerciales et financières sont disponibles chaque soir donc exploitables dès le lendemain matin. »

Les bénéfices pour Nicolas Feuillatte : une meilleure réactivité sur un marché très concurrentiel.
Sur le plan opérationnel, le CV-CNF a gagné en flexibilité et en réactivité. La coopérative est à même d’ajuster sa politique commerciale – offre et prix – en fonction d’une initiative de la concurrence, de la révision d’objectifs de vente dans tel ou tel réseau ou du lancement d’un nouveau packaging. Les coûts de distribution sont contrôlés plus rigoureusement pour mieux rétribuer les viticulteurs. La prochaine étape portera sur des analyses de rentabilité poussées à partir du compte d’exploitation dans le but d’optimiser l’utilisation des ressources.

A la fois produit de luxe et produit de grande consommation, le champagne est l’objet d’une concurrence exacerbée. Sa vente s’accompagne nécessairement d’investissements élevés en marketing. Fidèle à son éthique, le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte s’appuie sur Cognos BI pour maintenir sa place sur le marché tout en protégeant l’esprit mutualiste qui a présidé à sa création il y aura 40 ans en 2012.

mardi 6 mai 2014

IBM France vue par Jean Ceron, Confondateur SEMA

Jean Ceron, Confondateur SEMA, 
nous raconte l'histoire de la création de l'ordinateur par IBM

video

2010 : la Maroquinerie Thomas entre dans l’ère de la « Supply Chain » grâce à IBM France

 Avec 1300 salariés, 85 millions d'€ de chiffre d’affaires, 30 000 m2 d’ateliers répartis sur 5 sites dont un au Vietnam et 80 000 articles produits par mois, le Groupe Maroquinerie Thomas est le premier fabricant européen d’articles de voyage et de maroquinerie pour l’industrie du luxe. 


 Fondée en 1937 par Auguste Thomas, aïeul de l’actuel dirigeant, l’entreprise bourguignonne s’est forgée un savoir-faire reconnu qui fait de ses principaux clients des partenaires fidèles.
Mais les cycles de vie des produits sont de plus en plus courts et la maîtrise de la chaîne logistique est devenue un impératif. Réactivité et compétitivité obligent.
La nécessité d’évoluer vers un système d’information intégré et évolutif a conduit à la mise en œuvre, par IBM Global Business Services, de la solution JD Edwards EnterpriseOne.

Une entreprise à l’ère de la gestion de la chaîne logistique.

Cette décision s’inscrit dans une véritable stratégie d’entreprise et une vision à long terme de son développement. Depuis 1994, date à laquelle Maroquinerie Thomas a abandonné sa marque propre pour se consacrer à la sous-traitance, le Groupe a franchi des étapes majeures : consolidation de ses compétences en maquettage et prototypage, développement de ses capacités de production par croissance externe, extension d’ateliers et création d’une unité au Vietnam et, aujourd’hui, focus sur la gestion de la chaîne logistique.

Pour Yann Thomas, Directeur des Opérations de Maroquinerie Thomas, « une entreprise qui maîtrise les flux de commande, les stocks, les flux financiers et les informations qui s’y rattachent se donne les moyens de réussir. Pour ce qui nous concerne, nous devions entrer dans l’ère de la « Supply Chain ». Nos clients attendaient cette démarche de notre part ».

Alors que le Groupe avait toujours privilégié les développements informatiques maison, il est apparu que l’évolutivité du système d’information, l’intégration fonctionnelle et la fluidité des flux devenaient des enjeux forts pour sa pérennité. D’où le choix de migrer vers un ERP du marché.

Les bénéfices pour Maroquinerie Thomas.

Un système d’information opérationnel et évolutif qui permet de piloter efficacement l’entreprise :
  •  Meilleure gestion des stocks et planification rigoureuse de la production grâce au Calcul des besoins nets (CBN).
En savoir plus...

lundi 5 mai 2014

Témoignage d'IBMer : Clairette Fillette



Je suis rentrée chez IBM en 1967.

J’ai toujours été basée à Paris et je suis partie à la retraite en juin 2007.

J’ai assisté le département médical dont  l’électrocardiogramme en 1973 que j’ai suivi sur les Champs-Elysées en direct.

Je me souviens aussi du réseau à 5 chiffres pour appeler la Gaude.

J’ai vu la naissance d’internet.

J’ai eu le bonheur de faire l’inauguration des orgues de Notre Dame avec Monseigneur Lustiger, IBM France s’occupait à l’époque des orgues avec des cartes perforées.


J’ai assisté à l’Inauguration du Start Tours à Disneyland avec IBM en 1992.

Une anecdote intéressante, le chanteur Antoine était venu une fois nous demander un ordinateur, et on lui avait offert !


Jean Louis de Turckheim était patron de la communication, et sans le savoir, je lui avais dit qu’il avait les mêmes yeux que Charlotte de Turckheim.

J’ai aussi pu assister à des conventions à Marbella, Prague mais j’en ai refusé quelques unes pour m’occuper de ma famille.

J’ai un fabuleux souvenir concernant Roland-Garros : IBM avait une loge sur le court central et j’avais parié avec mon patron que Noah allait gagner. Comme il est arrivé en finale, mon patron m’avait laissé sa place dans la loge !

Je suis rentrée secrétaire et j’ai finie cadre.

Un très bon souvenir aussi est la fois où on m’avait envoyé 15 jours dans une famille près de Brighton, en immersion totale.

J’ai fait de la télé, notamment Place de la République sur le sujet « Les jeunes et le sport ».

Ah oui, et J’ai vu Guy Drut avec qui j’avais participé à une interview.

vendredi 2 mai 2014

Watson ouvre la voie d’un «commerce plus intelligent»


IBM dévoile l’IBM Watson Engagement Advisor, inaugurant ainsi une nouvelle ère informatique, celle des systèmes cognitifs. Cette avancée technologique permettra aux marques de tirer parti du Big Data en un temps record et de transformer leurs interactions avec les clients. 
 A l’heure des mobiles et des réseaux sociaux, les consommateurs ont des exigences croissantes : ils veulent de meilleurs produits et services, plus de choix et davantage de personnalisation. Pour faire face à ces changements, les marques doivent transformer la façon dont elles interagissent avec les consommateurs et renforcer leur fidélité.

Cette transformation est désormais possible grâce à l’IBM Watson Engagement Advisor. Watson permet aux C-suite*, des directeurs marketing aux services après-vente, de repenser  la façon dont ils pratiquent le marketing, la distribution ou encore la gestion de la relation-client.
Partie intégrante de l’initiative Smarter Commerce d’IBM, Watson dispose aujourd’hui de nouvelles capacités Big Data permettant d’apporter des réponses et des informations pertinentes basées sur des faits. Il permettra ainsi aux entreprises de satisfaire plus rapidement les requêtes clients.
Disponible exclusivement via des services cloud, IBM met désormais Watson à la portée du  grand public. Par exemple, directement sur leur mobile et en un simple clic, la fonction « Ask Watson » permettra d’aider les clients dans leurs décisions d’achats et d’apporter des réponses à leurs questions.

Ses capacités d’auto-apprentissage et d’adaptation en fonction de ses interactions passées  font de Watson une réelle valeur ajoutée pour les entreprises à l’heure du consomm’acteur. Il est aujourd’hui le système cognitif le plus sophistiqué du marché.

Voir les vidéos...

*Cadres dirigeants